-

Ancestry

Sur l'enregistrement : Collecte des récits oraux
par Elizabeth Kelley Kerstens, CG, CGL

Demandez à deux personnes de vous raconter le même événement ou deux fois le même événement à la même personne, et vous obtiendrez deux versions différentes. Les faits restent identiques : grand-père mesurait 1,88 cm et était né un jour de tempête de neige mais la perspective sera propre au narrateur.

En tant qu'historien familial, vous voulez probablement mémoriser chacune de ces nuances individuelles. Vous le pouvez par un récit oral.

Pourquoi un récit oral ?
Nous avons tous entendu des histoires de familles orales. Mais il existe une différence entre prendre à la volée quelques notes sur une histoire de famille et écouter la même histoire d'une personne qui participait à l'événement ou même d'une personne qui est une génération plus proche de l'événement. Quand vous vous asseyez pour enregistrer directement les mots à partir de la source, vous capturez la vision du narrateur et vous créez un récit oral.

Les récits oraux sont des interviews planifiés, enregistrés conçus pour enregistrer chaque mot parlé dans les interviews. Pour l'historien familial, les récits oraux constituent des enregistrements de longue durée à la première personne (bandes, documents ou les deux) de personnes détaillant leurs expériences de vie.

Les interviews pour récits oraux sont conduites suivant deux méthodes de base : directe ou non directe. Dans une interview directe, un interviewer pose des questions, selon la recherche d'arrière-plan, qui sont associées à la personne interviewée. Dans une interview non directe, des questions préparées sont posées à plusieurs personnes. Cette méthode est utile, par exemple, pour solliciter des réponses d'un groupe de personnes qui ont été tous impliqués dans le même événement.

Planification d'un projet de récit oral
Le premier élément à considérer lors de la planification d'un projet est le champ d'application du projet. Qui doit être interviewé ? Que voulez-vous apprendre ? Allez-vous questionner votre grand-père sur toute sa vie ou juste sur certains événements spécifiques ?

Si vous planifiez de mener l'interview vous-même, il faut savoir que vous entendiez des récits avec lesquels vous n'êtes pas à l'aise et que l'interviewé n'est pas à l'aise de partager avec vous. Dans ces situations, il est préférable de confier la direction de l'interview à une personne étrangère.

Ensuite, décidez combien d'interviews vous allez effectuer. Il se peut que vous ayez plein d'énergie. Toutefois, la personne que vous interviewez peut avoir des contraintes physiques ou d'autres engagements qui l'empêchent de passer trop de temps avec vous au cours de l'interview. Si la personne interviewée est incapable de parler pendant plus d'une heure, il peut être nécessaire de planifier une série d'interviews sur plusieurs semaines. Toutefois, si une personne à interviewer habite loin de chez vous, vous pouvez être limité à une seule interview.

Vous devez avoir un endroit pour effectuer l'interview. À cause du bruit ambiant, la résidence de la personne à interviewer ou un café risque de ne pas être le lieu idéal pour l'interview. Le bruit de fond peut en rendre difficile la transcription. S'il est possible, essayez le matériel d'enregistrement que vous prévoyez d'utiliser avant et à l'endroit où se déroulera l'interview pour déterminer si vous devez procéder à des réglages ou prendre de nouvelles dispositions.

Une recherche détaillée sur la personne à interviewer doit être effectuée avant une interview. Pour l'historien de famille, ceci peut signifier aller au-delà de la date et du lieu de naissance et de mariage de la personne. Vous devez collecter le plus d'informations possible sur l'adulte à interviewer, sa vie de famille, ses différents emplois et ou ses événements fondamentaux, par exemple son mariage et ses enfants. La connaissance d'éléments approfondis sur une personne peut vous aider à développer une liste de questions efficaces et vous aideront à orienter l'interview en direction de vos buts.

Lorsque vous effectuez votre recherche, notez quelques questions ouvertes auxquelles vous aimeriez obtenir des réponses. Évitez les questions pouvant être obtenues d'un simple oui ou non. Parfois, il est plus efficace de préparer une liste des points fondamentaux que vous souhaitez couvrir dans l'interview et un cadre temporel de la vie de la personne à interviewer qui vous serviront de guides personnels.

Comparaison de l'enregistrement audio et de l'enregistrement vidéo
Devez-vous enregistrer uniquement le son ou le son et l'image de la personne interviewée ? Ce choix peut ne pas vous appartenir. Parfois, une personne qui est confortablement assise et qui parle dans le magnétophone renâclera à la pensée d'être filmée (en cas d'incertitude, demandez à la personne interviewée). Indépendamment du fait que l'audio ou la vidéo est plus commode pour vous, vous obtiendrez davantage d'une personne qui est plus à l'aise dans l'environnement de son interview.

Si vous planifiez d'enregistrer une interview au magnétoscope, utilisez un magnétoscope à cassette de bonne qualité avec un microphone externe. Au besoin, louez du matériel d'enregistrement professionnel auprès d'une agence locale. N'oubliez pas d'essayer le matériel avant de commencer l'interview et de choisir des bandes de haute qualité et durables adaptées au travail à effectuer, à conservation de longue durée. Les magasins audio et électroniques peuvent vous aider à choisir les produits les mieux adaptés à votre tâche.

Si vous utilisez l'enregistrement vidéo, envisagez de demander l'aide de quelqu'un pour faire fonctionner la caméra. Sans opérateur de caméra, l'intervieweur et l'interviewé peuvent se laisser distraire par le fonctionnement de la caméra. Montez la caméra sur un trépied pendant une interview et fixez les microphones personnels à l'intervieweur et à l'interviewé pour obtenir de meilleurs résultats. Vérifiez toujours que l'alimentation électrique et les piles de la caméra et des microphones avant de commencer.

Problèmes juridiques
Les problèmes de copyright peuvent devenir un problème, même si vous menez une interview informelle avec votre grand-mère. Selon la loi, l'intervieweur et l'interviewé partagent le copyright sur une interview orale (sauf s'il s'agit d'une interview d'embauche). Bien que ce problème de copyright puisse ne jamais apparaître, afin d'assurer la protection contre les violations potentielles de copyright, il est préférable que l'intervieweur et l'interviewé signent une décharge de responsabilité au moment de l'enregistrement.

Conduite de l'interview
Avant de commencer l'interview, vérifiez le bruit de fond. Si cela est possible, éteignez ou ne prenez pas les appels téléphoniques. Assurez-vous de ne pas placer le microphone trop près d'un ventilateur ou d'un autre appareil qui crée un bruit constant bien que léger. Ayez tous vos supports et artéfacts (photos, souvenirs, etc.) à disposition.

Commencez votre enregistrement avec des informations détaillées incluant qui vous êtes, qui vous interviewez et indiquez les autres personnes qui se trouvent dans la pièce (assistant ou autre). Indiquez également la date et le lieu de l'interview et ce que vous avez l'intention de couvrir dans l'interview. Notez que l'interviewé et vous-même signeront une décharge de responsabilité. Si vous effectuez une interview vidéo, vous pouvez dresser la liste de tous les faits en impression à grands caractères sur une ou deux feuilles de papier et les filmer comme s'il s'agissait d'une ardoise au cours du tournage d'un film.

Si vous procédez à l'enregistrement audio de l'interview, envisagez d'apporter un appareil photo à l'interview pour prendre des photos de l'interviewé au moment de l'interview et pour faire des copies photographiques des artéfacts que la personne interviewée apporte pour l'interview.

Procédez d'une façon telle que l'interviewé soit à l'aise. Échangez des regards et faites attention aux indices visuels indiquant la fatigue et l'ennui. Soyez prêt à vous adapter aux difficultés et aux critiques : après tout, l'interviewé vous fait une faveur. Proposez des coupures quand elles sont nécessaires et n'oubliez pas de ne prolonger votre accueil, un point important si vous comptez procéder à des interviews de suivi.

Après l'interview
Après l'interview, effectuez au moins deux copies de secours de l'enregistrement : une pour l'interviewé et l'autre pour vous. Rangez l'original en lieu sûr. Utilisez la copie de secours et non l'original pour procéder à la transcription.

Le transcript que vous créez est probablement la partie la plus utilisable de l'interview pour les chercheurs et les descendants, donc il exige que vous en preniez grand soin lors de la production. Si vous ne pouvez pas préparer le transcript vous-même, envisagez de confier le travail aux services d'un professionnel.

Si vous effectuez la transcription sans matériel de transcription, utilisez les boutons arrêt et marche du magnétoscope plutôt que le bouton pause. Ceci évite d'abîmer la bande par des pauses répétées, et utilisez la copie de secours afin de conserver l'intégrité de la bande originale. De plus, pour économiser la bande, essayez d'écouter, d'arrêter la bande, puis de redémarrer la bande sans la rembobiner.

Une fois la transcription terminée, vous pouvez choisir de la modifier pour plus de clarté ou de brièveté, mais faites attention de ne pas perdre la voix et le caractère de la personne interviewée. Rappel : ce sont les motifs exacts pour lesquels vous avez choisi de créer un récit oral.

Ensuite, après avoir procédé à toutes les modifications, envisagez de faire passer le transcript en un format plus lisible. Numérisez les images et ajoutez-les en utilisant un logiciel de publication. Incluez les documents numérisés pertinents. Donnez une copie de la bande et du transcript à la société historique locale de la personne interviewée (joignez une copie de la décharge de responsabilité signée). Et donnez toujours une copie de l'interview à la personne interviewée. Après tout, vous n'avez contribué que de façon réduite à la conservation de sa mémoire.

Références

  • Baum, Willa K. Transcribing and Editing Oral History (Walnut Creek, Calif.: AltaMira Press, 1995).
  • Baylor University Institute for Oral History. Transcribing Style Guide.
  • Gluck, Sherna Berger. An Oral History Primer.
  • Ritchie, Donald A. Doing Oral History 2d ed. (New York: Oxford University Press, 2003).
  • Schorzman, Terri A. A Practical Introduction to Videohistory: The Smithsonian Institution and Alfred P. Sloan Foundation Experiment (Melbourne, Fla.: Krieger Publishing Co., 1993).

Tous les extraits de récits oraux ont été pris à partir d'un interview de récit oral avec Walter Albert Kelley mené par Elizabeth Kelley Kerstens, le 4 septembre 1995

Elizabeth Kelley Kerstens, CG, CGL, est le rédacteur administratif de Genealogical Computing et de NGS NewsMagazine et elle contribue fréquemment à la revue Ancestry Magazine.

Newsletter

Obtenez plus d’informations sur les nouvelles fonctionnalités et collections de documents, recevez des conseils des experts, lisez des témoignages d’autres membres et bien plus.
Inscription

Newsletters récentes

Cliquez sur le lien pour afficher une newsletter

- juillet 2011
- mai 2011
- mars 2011
- janvier 2011
- décembre 2010
- octobre 2010
- septembre 2010
- août 2010
- ...plus

Commencer un arbre généalogique

Les arbres généalogiques sont parfaits pour conserver et organiser les informations trouvées.

Cliquez ici pour commencer votre arbre généalogique.